Le grand amour et les grandes réussites impliquent de grands risques.

Le grand amour et les grandes réussites impliquent de grands risques:

Chaque grande occasion de la vie est risquée. Si ce n’était pas le cas, tout le monde réussirait, ce qui rendrait ordinaires les gens extraordinaires.

Démarquez-vous des autres en étant celui qui peut non seulement prendre des risques, mais qui de plus a du plaisir à le faire.
Lorsque vous perdez, ne perdez pas la leçon.
Si vous oubliez ce que vous avez appris à ne pas faire, vous êtes condamnés à répéter vos erreurs.

Plus important encore, ne craignez pas l’échec. Car l’échec est le précurseur de la réussite. Rien de grand ne peut être accompli sans échecs.

Suivez les trois R :
Respect de soi
Respect des autres
Responsabilité de tous vos actes

Rappelez-vous que ne pas obtenir ce que vous voulez est parfois un merveilleux coup de chance.
Ce que vous désirez ne sera pas nécessairement bon pour vous.

Si quelque chose semble ne jamais fonctionner, comme si le destin intervenait, pensez à lâcher prise ou revenez-y plus tard. L’univers agit de façon mystérieuse et est digne de confiance.
Apprenez les règles pour savoir comment les transgresser correctement.
Les règles sont faites pour être transgressées.

La plupart d’entre elles ont été mises en place par de veilles organisations corrompues qui ne cherchaient qu’à asservir et maintenir leur propre pouvoir.

Assurez-vous de transgresser les règles correctement afin d’éviter de ne pas en être pénalisé.

Ne laissez pas une petite dispute briser une grande amitié.
L’amitié est bien plus importante qu’une querelle mineure, mais très peu de gens mettent cette règle en pratique.
Lorsque vous réalisez que vous avez commis une erreur, prenez immédiatement des mesures pour la corriger.
Et ne laissez pas votre fierté faire obstacle à ces mesures.

Demandez pardon en acceptant votre responsabilité. Cela en dira long sur ce que vous êtes vraiment.

Ce n’est pas le nombre de nos échecs qui déterminent notre réussite finale, mais notre capacité à en extraire de sagesse.
Passez un peu de temps seul chaque jour.
Peu importe ce que vous faites, passez au moins 30 minutes de votre journée seul dans un endroit calme.

Cela vous donnera au moins une demi-heure pour observer ce qui se passe dans votre vie, de prendre conscience de qui vous êtes et de comprendre ce que vous voulez.
Ouvrez vos bras au changement, mais ne laissez pas s’envoler vos valeurs.

Le monde est en constante évolution. Si vous n’êtes pas ouvert au changement, alors vous serez malheureux. La vie vous forcera à changer, mais cela ne veut pas dire que vos valeurs doivent changer elles aussi.

Accueillez les nouveaux lieux, les nouveaux visages et les nouveaux amours, mais ne changez jamais vos principes, sauf si vous avez de bonnes raisons de penser que vous aviez tort d’y croire.
Rappelez-vous que le silence est parfois la meilleure réponse.

Le silence conduit à la contemplation détendue au cours de laquelle les émotions ont moins d’influence et où la logique peut prendre le relais.

Par exemple, si vous vous disputez avec un ami, garder le silence au lieu de riposter immédiatement en vous emportant est plus efficace et mettra fin à la dispute beaucoup plus rapidement.
Vivez votre vie avec honneur.
De cette manière, lorsque vous vieillirez et regarderez en arrière, vous serez en mesure d’en profiter une seconde fois.

Vous allez devoir vivre avec vos actions pour le reste de votre vie, alors pour vous épargner le regret et l’angoisse, vivez votre vie avec honneur à partir de maintenant.
Une atmosphère d’amour dans votre maison est le fondement de votre vie.

C’est la règle où vous avez le moins de contrôle. Si vous respectez (aimez) votre famille, ils vous respecteront et vous aimeront en retour.

Faites entrer l’amour dans votre maison. Faites briller les murs avec de la tendresse.

Cela établira une base solide dans la vie de vos enfants.
Lorsque vous êtes en désaccord avec vos proches, concentrez-vous uniquement sur le présent. Ne réveillez pas le passé.

Le passé est constant et immuable. Réveiller celui-ci ne peut qu’apporter plus de douleur à la situation.

Ceci est particulièrement vrai avec nos proches parce que les relations avec ceux-ci remontent loin dans le temps et sont donc chargées d’émotion. Pardonnez les gestes passés et concentrerez-vous sur le présent.
Partagez vos connaissances.
On apprend tellement dans une vie.

Partager vos connaissances avec les gens que vous rencontrez, cela ne peut que les aider.

Plus important encore, partager vos échecs et vos expériences pour que les autres ne reproduisent pas les mêmes erreurs.

Soyez doux avec la terre.

La terre est l’endroit où nous vivons. Donc, cela devrait être évident. Blesser la terre c’est se blesser soi-même et mettre en péril l’avenir de nos enfants et de nos proches.
Une fois par an aussi souvent que possible, allez quelque part où vous n’êtes jamais allé auparavant.
Découvrez de nouveaux lieux et de nouvelles choses.

Vous pourriez vous retrouver avec quelqu’un quelque part qui vous rend plus heureux.

La terre est si vaste avec des endroits uniques et magnifiques, pourquoi ne pas aller explorer un peu ?
Rappelez-vous que la meilleure des relations est celle dans laquelle votre amour pour l’autre dépasse vos propres besoins.
L’inverse peut être un indice que votre relation doit se terminer.

Si vous avez besoin de quelqu’un plus que vous ne l’aimez, c’est un signe de dépendance, pas d’affection. Trouvez quelqu’un avec qui l’amour est la force dominante et la relation est plus épanouissante.
Jugez vos réussites d’après ce que vous avez eu à renoncer pour y arriver.
Décidez ce que vous voulez. Concevez votre vie idéale et foncez.

Ne laissez aucune partie de ce rêve s’échapper, ainsi, vous ne vivrez jamais dans le regret. Tout est bon, car tout est utile dans la mesure où vous savez saisir les occasions d’apprentissage qui se présentent à vous.

Si vous percevez les expériences difficiles comme de mauvais présages, elles auront un impact négatif. Si vous les voyez comme des occasions de croître, vous saurez les transcender.

Jean Marc Henry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 days ago

Jean Marc Henry

Je ne vous aime pas Messieurs les Présidents !

Vos déclarations à l'emporte-pièce dans les sommets internationaux, définitives, empreintes de hautaine suffisance, concernant les pauvres, les chercheurs d'emplois, et les retraités, me révoltent et me révulsent.

Dites vous en désignant ceux qui, complètement anéantis par la pauvreté, n'ont plus aucune force pour essayer de refaire surface.
Aux nombreux jeunes sans emploi, terriblement touchés malgré leurs diplômes et leurs longues recherches de travail.

Messieurs les Présidents, "La seule chose dont on n'a pas le droit de faire, c'est de se plaindre" !

Tous ceux que je côtoie en tant que bénévole au Secours humanitaires, ne se plaignent pas non, ils sont dignes. Et pourtant, ils sont de plus en plus nombreux d'années en années, pauvres, étudiants, jeunes chômeurs, retraités, à rejoindre ceux à qui nous apportons aide, nourriture, vêtements, accès aux soins. Notre aide alimentaire.

Mais ceux-là, vous ne les connaissez pas, vous n’allez pas à leurs rencontres ; avec eux pas de selfie, soupçonnez-vous leurs existences ?

Je n'ose vous parler de ces millions de familles avec enfants et bébés qui depuis de nombreuses années dorment à même le trottoir, alors que vous avez obligation en tant que des chefs d’États, de forcer les institutions à trouver un hébergement.

Non Messieurs les Présidents, enfermé dans les ors de vos Palais, vous êtes loin de la réalité et de la vie pauvre et douloureuse de beaucoup de personnes dans le monde, dont ils sont de votre responsabilité et de votre devoir de les protéger.

Vous clamez haut et fort que vous n'êtes pas les Présidents des riches, mais vous n'êtes certainement pas celui des pauvres.

Non décidément, je ne vous aime pas Messieurs les Présidents et je pense ne pas avoir énormément de respect pour vos personnes, contrairement à celui que j'ai pour tous les pauvres, les précaires, les exclus, les laissés-pour-compte, abandonnés au bord du chemin. Ceux que vous semblez ne pas voir, ceux pour lesquels vous semblez n'avoir que peu de compassion, ceux que vos affirmations blessent et que vous, vous ne respectez pas.

Messieurs les Présidents, vos dictatures amènent immanquablement à la pauvreté.

N'oubliez jamais Messieurs les Présidents :

" Le peuple est le juge suprême de la façon dont les gouvernants remplissent leur mission puisqu'il est la personne qui leur a donné le pouvoir et qui garde à ce titre, la faculté de les révoquer. "
...

View on Facebook

1 week ago

Jean Marc Henry

"Écoutons notre cœur en permanence pour maîtriser notre vie"

Toute notre vie est conduite par des sentiments et des inspirations. Si nous parvenons à les capter, à écouter notre cœur en permanence, nous pouvons maîtriser notre vie. La méditation du cœur est cet exercice qui consiste à ajuster précisément le cœur et le mental.

Je pense affirmer après avoir côtoyé et examiné certains cas à la lumière, que ceux qui iront au ciel sont ceux qui ont un cœur d’amour et un cœur simple. Je pense aussi affirmer sans trop me tromper, que ces deux caractéristiques manquent cruellement aujourd’hui. Les hommes sont très compliqués et très souvent plongés dans la haine.

L’homme souffre à cause de sa vanité et de son manque d’amour. L’homme cherche constamment la complication, même inconsciemment.

Enfin, les personnes simples sont des personnes reposantes pour leur entourage. Vivre simplement n’est pas un péché ni un signe d’échec. Une personne simple selon Dieu est une bénédiction. Nous savons pertinemment qu’il est difficile d’être simple à l’aune de notre époque où le monde nous convie constamment à l’inverse. Mais c’est un don que Dieu donne d'avoir un coeur.

« Revêtez votre cœur de tendresse et de bonté, d’humilité, de douceur, de patience »

L’endurance et le caractère ne sont guère faciles à obtenir. Ils sont forgés dans l’adversité, nous donnant la force de persévérer et de prouver notre fidélité dans la douleur. Comme le dit l’Écriture, « Si tu faiblis au jour de la détresse, ta force n’est que détresse » .

Pour moi, l'homme est prédisposé à la bonté du coeur, mais faire grandir son empathie relève toujours de son libre choix.

La bonté du coeur est une flamme qu’on peut cacher, mais qu’on ne peut jamais éteindre.
...

View on Facebook
=