On définit traditionnellement l’homme comme un être doté de conscience.

On définit traditionnellement l’homme comme un être doté de conscience. Mais cette définition est-elle bien légitime ?

La conscience est considérée comme constituant l’essence de l’homme. L’essence, c’est-à-dire: ce qui lui est propre, qu’il est le seul à posséder, et qu’il possède de manière innée, de sorte que l’essence est inséparable de l’existence même de l’être considéré.
La conscience, la pensée comme essence de l’homme, le dualisme, etc. La pensée est ce qui constitue la dignité de l’homme, ce qui le distingue radicalement de tout ce qui existe. En ce sens donc la conscience ne définit-elle pas l’homme ?

Enfin qui dit dignité dit moralité. La conscience, comme conscience de soi, n’est-elle pas ce qui fait de l’homme un être moral, capable de se juger ?
La morale de l’homme a quelque chose de spécifique, elle s’organise de façon réfléchie. Ainsi, lorsque l’être humain agit pour la justice, il agit pour quelque chose dont il forme une idée et vers laquelle il peut se tourner avec une intention libre. c’est la pureté d’une volonté (une volonté bonne) tournée vers l’universalité d’une raison.
On peut donc sans difficulté dire que l’homme est un sujet en un sens différent de l’animal, c’est un sujet moral, capable de former l’idée du Bien et de la respecter.

La conscience, ou plutôt les différents niveaux de cette conscience, est donc indéniablement l’élément nécessaire pour définir l’homme, puisqu’il ne peut exister sans pensée. Pourtant, elle ne suffit pas réellement à le définir, car nous avons montré l’existence de l’inconscient, qui échappe à notre pensée, et du corps, qui est la dimension physique de l’homme. Cependant la conscience est indépendante de la connaissance, et il existe de nombreux obstacles à la connaissance de soi.

La conscience est la lumière de l’intelligence pour distinguer le bien du mal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 hours ago

Jean Marc Henry

Dire ou ne pas dire, telle est la question…

Est-ce que je veux tout savoir de l’autre ?
Suis-je prêt à entendre tout ce que l’autre pense de moi ?
Comment je réagis si j’estime que l’autre se trompe à mon sujet ?

J’ai la profonde conviction que nous pouvons tout dire.

L’art est dans le « comment » et pas dans le « pourquoi » mais aussi dans le « quand ».

Je crois effectivement que l'honnêteté est difficile, et courageuse, parce qu'on ne se connait jamais autant qu'on le croit et que cette connaissance de soi évolue.
Être honnête c'est savoir reconnaître qu'on est pas comme on croyait être, ou que l'autre n'est pas tel qu'on le croyait. Toute une part de notre inconscient agit à notre insu et nous trompe "en toute bonne foi". Être sincère, c'est bien dire ce qu'on pense... mais uniquement ce dont on a conscience à ce moment-là. Être honnête c'est le reconnaitre.

Que gagne-t-on à être sincère ?

Faut-il toujours dire ce que l'on pense ?
A quelles conditions ?
En quoi la sincérité se différencie-t-elle de la spontanéité ou de la transparence ?

C’est à vous que réside le choix de tout dire ou non et comment ou quand vous allez le dire. N’oubliez pas que tout est dans l’attitude et l’état d’esprit dans lequel vous vous trouvez lorsque vous décider de dire les choses et que ce sont ces derniers qui feront toute la différence !

Bonne chance !
...

View on Facebook

24 hours ago

Jean Marc Henry

L'amour avec le grand A.

J’écris tous les jours en pensant à toi de petits textes d’amour pour toi mon amour et pour tous les amoureux du monde, parce que l’amour c’est tout ce qu’il y a de plus beaux dans ce monde.

Être amoureux, c’est d’abord accepter l’autre tel qu’il est. C’est accepter son passé, ses problèmes. C’est l’aimer malgrè tout, lui donner le temps. C’est aussi accepter les contraintes, telles que la distance, pas comme un fardeau mais comme un défi a relever chaque jour, pour se prouver que notre amour est plus fort. Enfait, être amoureux, c’est savoir que c’est la bonne personne, et que rien ne nous en séparera.

Qu’est-ce que l’amour ? C’est une profonde nécessité d’être un avec le tout, une profonde nécessité de dissoudre dans l’unité le toi et le moi. L’amour est ainsi parce que nous sommes séparés de notre propre source. De cette séparation naît le désir de retourner au Tout et de s’unifier avec Lui.
Ton ego es devenu une barrière entre toi et ta terre : le Tout. L’homme s’asphyxie, il ne peut plus respirer, il a perdu ses racines. Il n’est plus alimenté. L’amour est un désir de nutrition ; l’amour c’est s’enraciner dans l’existence.

L’amour est précieux pur et loyal. Il sourit et chante même dans les difficultés. Donner et recevoir, ressentir au plus profond de notre cœur ce sentiment qui nous chavire et nous conduit à vivre éternellement dans la passion, harmonieusement avec le désir et l’envie d’aimer tout simplement.

Je t’aime tout simplement.
...

View on Facebook
=