Il y a ceux qui rêvent et ceux qui concrétisent leurs rêves

Il y a ceux qui rêvent et ceux qui concrétisent leurs rêves.

La plus grande découverte de tous les temps est incontestablement celle-ci :

« L’homme est ce qu’il pense de manière prédominante ».

L’homme n’est pas destiné à subir, mais bien au contraire à transcender toutes formes de limitation. C’est uniquement par le pouvoir de son esprit et par ses pensées qu’il crée sa vie. À chaque instant, il crée sa vie, il écrit son histoire.
Personne n’est condamné à la médiocrité, au malheur ou à la souffrance.

Cependant il appartient à chacun de prendre le contrôle de son esprit et d’orienter ses pensées vers ses buts.

L’avenir n’est jamais fixe et prédéterminé.
Le futur dépend de ce qui se produit dans le présent.

« L’homme est ce qu’il pense de manière prédominante »

Peu importe ce que vous vivez actuellement, ce qui compte c’est où vous voulez aller – à chaque instant, votre état d’esprit fait toute la différence.

Un changement de conscience dans l’immédiat transforme votre expérience future. Une petite quantité d’énergie appliquée à changer le cours des événements, dans le présent (le seul moment opportun), peut déplacer des montagnes dans l’avenir. Cette petite quantité d’énergie, n’est autre que vos pensées. À l’origine de chaque parole et de chaque action, il y a la pensée. La pensée est de l’énergie et chaque fois que vous pensez, vous êtes déjà en train d’écrire votre futur.

Vous pouvez transformer votre vie et vivre la vie que vous désirez. Vous pouvez devenir celui ou celle que vous êtes déjà à l’intérieur, vous pouvez rencontrer l’âme soeur, occuper le poste que vous voulez, avoir le succès que vous méritez, jouir d’une santé optimale, avoir des relations équilibrées, jouir de tout ce qui vous est nécessaire pour croître et mener une vie pleine, abondante et épanouissante avec vos proches : ceci n’est pas une utopie mais une vérité qui a déjà été éprouvée par des milliers de personnes sur cette planète terre. Vous aussi vous pouvez apporter de la valeur ajoutée à cette humanité.

Tous les êtres humains désirent la même chose : être heureux.

Le pouvoir qui réside en vous est beaucoup plus grand que vous ne vous l’imaginez !

Vous avez le droit d’être heureux ! Vous avez le devoir d’être heureux.
– sachez bien que rien ni personne ne vous apportera ce bonheur (car il est en vous).
– C’est à vous qu’il appartient de faire tout ce que vous pouvez faire pour l’être.
– Sachant que vous avez déjà en vous tout ce qu’il faut pour y parvenir. Il est temps de prendre votre vie en main !

Il est temps de prendre le contrôle de votre esprit.

« Vous êtes le capitaine de votre âme, le maître de votre destin ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15 hours ago

Jean Marc Henry

L'amour avec le grand A.

J’écris tous les jours en pensant à toi de petits textes d’amour pour toi mon amour et pour tous les amoureux du monde, parce que l’amour c’est tout ce qu’il y a de plus beaux dans ce monde.

Être amoureux, c’est d’abord accepter l’autre tel qu’il est. C’est accepter son passé, ses problèmes. C’est l’aimer malgrè tout, lui donner le temps. C’est aussi accepter les contraintes, telles que la distance, pas comme un fardeau mais comme un défi a relever chaque jour, pour se prouver que notre amour est plus fort. Enfait, être amoureux, c’est savoir que c’est la bonne personne, et que rien ne nous en séparera.

Qu’est-ce que l’amour ? C’est une profonde nécessité d’être un avec le tout, une profonde nécessité de dissoudre dans l’unité le toi et le moi. L’amour est ainsi parce que nous sommes séparés de notre propre source. De cette séparation naît le désir de retourner au Tout et de s’unifier avec Lui.
Ton ego es devenu une barrière entre toi et ta terre : le Tout. L’homme s’asphyxie, il ne peut plus respirer, il a perdu ses racines. Il n’est plus alimenté. L’amour est un désir de nutrition ; l’amour c’est s’enraciner dans l’existence.

L’amour est précieux pur et loyal. Il sourit et chante même dans les difficultés. Donner et recevoir, ressentir au plus profond de notre cœur ce sentiment qui nous chavire et nous conduit à vivre éternellement dans la passion, harmonieusement avec le désir et l’envie d’aimer tout simplement.

Je t’aime tout simplement.
...

View on Facebook

16 hours ago

Jean Marc Henry

Aujourd'hui, une pensée pour ceux qui souffrent en silence.

Tous tes mots, je les ai crus comme un enfant.

Parce qu’on est tous un peu naïf je crois et quand on a pas connu l’amour, il n’y a rien qu’on veut plus au monde que de le connaître. C’était mon cas du moins. J’étais stupide et je le suis encore, c’est vrai, mais je l’étais dans ma tête d’abord et avant tout. Prêt à croire absolument n’importe quoi. Comme que le temps allait s’occuper de tout, qu’il me suffisait d’attendre et d’être patient. Comme un chien patient qui attend le retour de son maître devant la porte en pleurant.

À toi qui m’as blessé,

Je te faisais confiance, mais ce n’était pas assez. Je t’ai tout donné, mais ce n’était pas assez.

Je n’oublie pas, jamais. Les cicatrices, elles sont là et elles me rappellent ma faiblesse à une époque et la force que j’ai maintenant. J’ai passé des années à regarder en arrière avec l’espoir d'un changement. Maintenant, quand je regarde en arrière, tu es là. Je t’envoie la main, mais je n’attends plus. J’ai fini d’attendre. J’ai trouvé l’amour dont j’avais besoin : de l’amour pour moi-même avant d’aimer quelqu’un. Et mon dieu que ça fait toute la différence !

Je te souhaite de faire de même, car quand j’y pense, je sais pas lequel de nous deux manquait le plus d’amour envers soi-même.

Aujourd’hui, je souris et je ris.

J’ai cru que le chemin vers ton cœur serait mon rire et ma bonne humeur. Honnêtement, ces choses-là m’ont mené loin dans la vie, mais pas avec toi.

Puis un jour, tu as commis l’irréparable et j’ai décidé que c’était assez. J’ai pris la décision de te sortir de ma vie avec toute la force qui me restait. J’ai eu mal, j’ai pleuré, j’ai pensé reculer, mais je n’ai jamais abandonné. Puis finalement, c’est moi qui ai gagné.
...

View on Facebook
=